La danse soninkée sur Arte

En janvier 2018, j’assiste à Biarritz au Festival International des Programmes Audiovisuels (FIPA), dédié depuis 2019 au film documentaire (FIPADOC). J’y fais la connaissance de David Czarnetzki, réalisateur qui travaille alors pour la société de production audiovisuelle Signed Media, basée à Hambourg, en Allemagne. Je lui parle de ma thèse sur la diaspora soninkée, et notamment de ma participation en tant que danseuse à la troupe Xhambane Kaffo en Ile-de-France et à la troupe Xeri de Bakel, au Sénégal. « Quelle coïncidence ! », s’étonne David Czarnetzki : Signed Media est en train de développer la nouvelle saison de « Move », une série documentaire sur l’Afrique et la danse.  Un épisode se déroulera en Tunisie, un autre en Afrique du Sud, un autre au Mali et un dernier au Sénégal. Pourquoi ne pas collaborer ? Le pari n’est pas gagné : le souhait de l’équipe de « Move » est d’interroger un panorama de danses dites afro-contemporaines, urbaines et traditionnelles dans un format de vingt-sept minutes. Ce tournage ne va-t-il pas enfermer la troupe Xeri dans la case « traditionnelle» ?

A l’automne 2018, un tournage au Sénégal se précise. L’équipe dispose du temps très limité de cinq jours, voyage compris, pour les prises de vue. Impossible  d’aller jusqu’à Bakel, là où réside la troupe Xeri, à quinze heures de car de Dakar. Cela sera à la troupe de se déplacer vers la capitale. Le tournage a finalement lieu à Mbour, à une heure de Dakar, le 9 décembre 2018, dans une villa au bord de l’océan. Même Arte n’a plus les moyens de se payer un tournage à plus de deux heures d’un aéroport international ?

Et quelques mois plus tard…

Un épisode qui peut être visionné du 2 juin au 2 juillet 2019 ici :

https://www.arte.tv/fr/videos/083956-001-A/move-senegal/

La troupe Xeri de Bakel, Sidy, et Sylvia Camarda au centre, chorégraphe et présentatrice de « Move », Mbour, décembre 2018

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.