Blabla & Co(Vid)

Hier, j’ai reçu un mail de la part de BlablaBus, anciennement Ouibus, et je n’ai pas tout de suite compris. L’objet disait : « Et si on s’entraidait pendant cette période MOUSSA ? ». En lisant le corps du message, je me suis souvenue avoir un jour renseigné mon adresse mail en réservant un billet pour un migrant au centre Pausa, alors que je ne me souvenais plus du mot de passe de l’adresse mail de l’association Diakité. BlablaBus me propose maintenant, à moi Moussa, « Blablahelp, une application BlablaCar d’entraide pour les courses pendant le Covid-19 », « bien sûr gratuite ». Les BlablaBus n’étant plus exploitables en temps de crise sanitaire, il faut redéployer le versant « car » de l’entreprise.

[L’application s’est arrêtée le 13 janvier 2021. Les bus reprennent la route le 12 mai 2021]

La danse soninkée sur Arte

En janvier 2018, j’assiste à Biarritz au Festival International des Programmes Audiovisuels (FIPA), dédié depuis 2019 au film documentaire (FIPADOC). J’y fais la connaissance de David Czarnetzki, réalisateur qui travaille alors pour la société de production audiovisuelle Signed Media, basée à Hambourg, en Allemagne. Je lui parle de ma thèse sur la diaspora soninkée, et notamment de ma participation en tant que danseuse à la troupe Xhambane Kaffo en Ile-de-France et à la troupe Xeri de Bakel, au Sénégal. « Quelle coïncidence ! », s’étonne David Czarnetzki : Signed Media est en train de développer la nouvelle saison de « Move », une série documentaire sur l’Afrique et la danse.  Un épisode se déroulera en Tunisie, un autre en Afrique du Sud, un autre au Mali et un dernier au Sénégal. Pourquoi ne pas collaborer ? Le pari n’est pas gagné : le souhait de l’équipe de « Move » est d’interroger un panorama de danses dites afro-contemporaines, urbaines et traditionnelles dans un format de vingt-sept minutes. Ce tournage ne va-t-il pas enfermer la troupe Xeri dans la case « traditionnelle» ?

A l’automne 2018, un tournage au Sénégal se précise. L’équipe dispose du temps très limité de cinq jours, voyage compris, pour les prises de vue. Impossible  d’aller jusqu’à Bakel, là où réside la troupe Xeri, à quinze heures de car de Dakar. Cela sera à la troupe de se déplacer vers la capitale. Le tournage a finalement lieu à Mbour, à une heure de Dakar, le 9 décembre 2018, dans une villa au bord de l’océan. Même Arte n’a plus les moyens de se payer un tournage à plus de deux heures d’un aéroport international ?

Et quelques mois plus tard…

Un épisode qui peut être visionné du 2 juin au 2 juillet 2019 ici :

https://www.arte.tv/fr/videos/083956-001-A/move-senegal/

La troupe Xeri de Bakel, Sidy, et Sylvia Camarda au centre, chorégraphe et présentatrice de « Move », Mbour, décembre 2018

 

 

Le Ouibus de 12h45

Je me dirige vers le centre Pausa, à pied par le pont rouge. Il n’y a personne sur les quais. Arrivée devant le portillon, j’entrevois les poubelles de tri, le garage à vélo, un ballon de foot orange, un canapé renversé pour qu’il ne prenne pas l’eau… J’ai toujours cette appréhension : le lieu est-il tel que je l’ai quitté ?

Un homme vient m’ouvrir. Il porte le gilet jaune des gestionnaires du lieu.

Dans la pièce du pôle accueil, à droite après le hall d’entrée, une bénévole de l’association Diakité (1) est en train de reporter des dates depuis un calendrier, celui de son frigo me dit-elle, vers un ordinateur. Elle n’a pas internet chez elle. Je l’aide à enregistrer ses permanences : une fois par semaine en juin et juillet, de 7h30 à 8h45. Un téléphone sonne à côté de nous. Sur l’écran s’affiche « Philippe CAPB », pour Communauté d’Agglomération Pays Basque. Le téléphone appartient à une salariée d’Atherbea (2), qui nous rejoint dans la pièce. Elle n’arrivera donc jamais à aller déjeuner !

Il est 12h passées, mon bus est à 12h45. Je suis censée aider au pôle transport mais il n’y a aucun départ de prévu. Le pôle accueil est calme : un hébergé a besoin de Doliprane, un autre de dentifrice, un autre d’une nouvelle carte pour cocher ses repas. En attendant le bus, je discute avec celui qui est venu m’ouvrir et que j’appellerai Brass, de son alias de la Zulu Nation.

Brass est né à Madagascar et est arrivé en France métropolitaine à 8 ans. Il est dans le hip-hop depuis 1988. Il était beaucoup sur scène avant, à dire ses textes avec ses tripes, mais il est plus calme maintenant, enfin il essaie. Il anime des ateliers d’écriture, notamment avec l’Atabal à Biarritz (Scène de Musiques ACtuelles), et avec le SPIP (Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation) à Bayonne.

Une autre bénévole nous rejoint. Elle est venue à Bayonne pour faire un Master de droit. C’est à Bayonne que l’on trouve le seul M2 spécialisé en droits des mineurs, nous dit-elle. Elle a fini sa formation, est maintenant en stage, et repartira en Seine-et-Marne à la fin de l’été.

Dès que Brass entend du « bon hip-hop, pas de l’egotrip », son cerveau cherche des rimes, ça le « triture ».  Pour se calmer, il écoute de la musique de Madagascar.

Il est 12h40, presque l’heure de mon bus. Brass m’accompagne au portillon. Un monsieur se joint à nous : il tient dans la main un plan de Bayonne. L’agence touristique en Angleterre lui a assuré que le trajet Bayonne-Saint-Jean-Pied-de-Port serait simple. Nous lui disons que son bus partira sans doute de la Place des Basques, de l’autre côté de l’Adour, l’ancien terminal des Ouibus avant l’ouverture du centre Pausa.

13h15 passées. « Avec la pluie, autant attendre dedans plutôt que sous l’arbre ! », crie Brass depuis l’autre côté de la rue alors qu’il vient d’ouvrir le portillon à une bénévole. Je regagne Pausa pour m’abriter. Dans la cour, un jeune hébergé en gilet jaune se moque de moi : « Attends, je vais t’enregistrer ! ». Avec ma valise et mon kaway trop grand, je ressemble à une hébergée.

Dans la pièce du pôle accueil, la bénévole étudiante en droit discute avec un jeune qui vient d’arriver. Père mort très jeune, a travaillé dans la recherche d’or mais sans succès, a migré pour aider sa mère…Elle lui relit son histoire, il la corrige : « Kou-li-ko-ro, non, ce n’est pas une ville, c’est une région ! ». Une région du Mali.

Il n’y a pas d’autre Ouibus vers Bordeaux avant 18h30. Brass me raccompagne vers le portillon, encore une fois. Sous le porche de la cour, devant l’entrée du dortoir des femmes, Mohammed est en train de danser. Il a sorti la grande enceinte de Pausa. «Ça serait bien, un atelier de hip-hop à Pausa, remarque Brass, mais un atelier nourri de la culture hip-hop, pas de la récupération ».

  1. Le collectif Diakité s’est formé à l’automne 2018 à Bayonne. Il fait partie du collectif plus large Etorkinekin Solidarité-migrants créé en 2016, et qui regroupe 14 associations, des syndicats et des particuliers qui se mobilisent pour l’accueil des migrants. « Nous apportons notre aide aux personnes en situation migratoire. Bayonne est devenu une étape de ce parcours. Nous répondons à leurs besoins fondamentaux (repas chauds, espace de repos, vêtements, douche) le temps de leur escale sur Bayonne  » déclare publiquement le collectif (https://www.facebook.com/pg/collectifdiakite/about/?ref=page_internal).
  2. « L’Association Atherbea accueille des personnes en difficulté, sans logement, sans ressource et sans travail, seules ou avec leurs enfants, dans le but de favoriser leur réinsertion sociale » en Pays Basque (https://www.atherbea.fr/). L’association s’est vu confier la gestion du centre Pausa par la Communauté d’Agglomération Pays Basque. Six salariés s’y relaient en plus des dizaines de bénévoles du collectif Diakité.
Au premier plan, le modeste aménagement pour l’arrêt de bus, sorte de rampe en caoutchouc. Au second, le portail et le portillon d’entrée du centre Pausa, ancienne caserne désaffectée et transformée en centre d’hébergement d’urgence. En surplomb, l’entrée de la citadelle de Bayonne, où le 1er régiment de parachutistes d’infanterie de marine tient sa garnison.

 

Tous nomades ?

« Et notre grand malheur, cela a été que nous nous sommes sédentarisés ». Nous sommes au Musée Basque et de l’histoire de Bayonne, au-dessus d’une collection ethnographique consacrée à plusieurs siècles d’agropastoralisme. Serge Maury, préhistorien, est invité à une table-ronde du  festival Ethiopiques, dont l’édition 2019 porte le titre « Tous migrants ».

A Bayonne, des centaines de migrants sont accueillis depuis fin octobre 2018 au centre Pausa, sur décision du maire qui est aussi le Président de la Communauté d’Agglomération Pays Basque, Jean-René Etchegaray. Pas dans un camp, ni dans un centre d’accueil et de demandeurs d’asile : simplement dans un lieu où les « migrants » qui viennent de passer la frontière avec l’Espagne peuvent dormir, se restaurer, se laver, avant de continuer leur route en autocar.

En France, le secteur du transport en autocars a été libéralisé en août 2015 par la loi Macron, du nom du ministre de l’Economie de l’époque. Depuis, les « cars Macron » sillonnent l’Europe à bas prix, bousculant les marchés des autres moyens de transport. Ce sont les mêmes cars qu’empruntent les « touristes », les « VRP » et les « migrants » en escale à Bayonne.

« Bonjour à tous. Ouibus va nous envoyer des goodies (sacs en tissu, bloc note, stylo…) pour nous remercier de leur amener autant de clients ! ». 

« Le mec du tabac m’a demandé si on avait reçu les cadeaux Ouibus. Je lui ai dit que je ne savais pas. Il m’a dit de lui dire la semaine prochaine si on ne les avait pas et il les rappellera. Lui a eu quelques stylos, des coupons des pubs et le siège de Paris l’a même appelé ».

Le centre Pausa et le gaztetxe Txantxarreka : lieux d’enquête en Pays basque Nord et Sud

« Pausa », pour une pause après des semaines ou des mois de voyage. Un lieu où les migrants peuvent se restaurer, se doucher, dormir, s’informer, quels que soient leur provenance et leur destination. Un lieu auquel donnent vie les bénévoles de l’association Diakité, les salariés de l’association Atherbea, le soutien financier et moral de la municipalité de Bayonne et de la Communauté d’agglomération Pays Basque. Un lieu où le réveil se fait au son d’Alpha Blondy et où, pour passer le temps, les personnes hébergées écoutent leur musique sur les téléphones en mode haut-parleur. Entre deux lits de camp, il y a aussi le djembé d’Aboubacar qui, hébergé depuis janvier, porte le gilet jaune des bénévoles. A Saint-Sébastien, dans le quartier central d’Antiguo, c’est le gaztetxe (du basque maison des jeunes) Txantxarreka qui s’est fait espace d’accueil. Depuis août 2018, une dizaine de migrants y sont hébergés, pour la plupart originaires du Cameroun. Txantxarreka est devenu Txantxafrika à la fin de l’été, lorsqu’une chanson de protestation est née pour soutenir leur accueil. Le gaztetxe dispose d’une scène et d’une sono : les concerts continuent d’être programmés ; certains résidents s’en servent pour répéter, comme Luciano, qui y collabore avec d’autres musiciens de Saint-Sébastien. Dans ces deux lieux d’accueil, les pratiques musicales créent des formes de sociabilité imprévisibles.

Musiques, migrations

Carnet ethnographique portant sur les pratiques sonores, musicales et dansées en contextes de migrations. Il y est aussi question de récits écrits et audibles, entre arts et sciences sociales.

Devant le café « Chez Joséphine », Irun, Espagne, 13 avril 2019. Ou le vrai nom, celui que tout le monde connaît et utilise, du « Bar Europa »