Tous nomades ?

« Et notre grand malheur, cela a été que nous nous sommes sédentarisés ». Nous sommes au Musée Basque et de l’histoire de Bayonne, au-dessus d’une collection ethnographique consacrée à plusieurs siècles d’agropastoralisme. Serge Maury, préhistorien, est invité à une table-ronde du  festival Ethiopiques, dont l’édition 2019 porte le titre « Tous migrants ».

A Bayonne, des centaines de migrants sont accueillis depuis fin octobre 2018 au centre Pausa, sur décision du maire qui est aussi le Président de la Communauté d’Agglomération Pays Basque, Jean-René Etchegaray. Pas dans un camp, ni dans un centre d’accueil et de demandeurs d’asile : simplement dans un lieu où les « migrants » qui viennent de passer la frontière avec l’Espagne peuvent dormir, se restaurer, se laver, avant de continuer leur route en autocar.

En France, le secteur du transport en autocars a été libéralisé en août 2015 par la loi Macron, du nom du ministre de l’Economie de l’époque. Depuis, les « cars Macron » sillonnent l’Europe à bas prix, bousculant les marchés des autres moyens de transport. Ce sont les mêmes cars qu’empruntent les « touristes », les « VRP » et les « migrants » en escale à Bayonne.

« Bonjour à tous. Ouibus va nous envoyer des goodies (sacs en tissu, bloc note, stylo…) pour nous remercier de leur amener autant de clients ! ». 

« Le mec du tabac m’a demandé si on avait reçu les cadeaux Ouibus. Je lui ai dit que je ne savais pas. Il m’a dit de lui dire la semaine prochaine si on ne les avait pas et il les rappellera. Lui a eu quelques stylos, des coupons des pubs et le siège de Paris l’a même appelé ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.