Le centre Pausa et le gaztetxe Txantxarreka : lieux d’enquête en Pays basque Nord et Sud

« Pausa », pour une pause après des semaines ou des mois de voyage. Un lieu où les migrants peuvent se restaurer, se doucher, dormir, s’informer, quels que soient leur provenance et leur destination. Un lieu auquel donnent vie les bénévoles de l’association Diakité, les salariés de l’association Atherbea, le soutien financier et moral de la municipalité de Bayonne et de la Communauté d’agglomération Pays Basque. Un lieu où le réveil se fait au son d’Alpha Blondy et où, pour passer le temps, les personnes hébergées écoutent leur musique sur les téléphones en mode haut-parleur. Entre deux lits de camp, il y a aussi le djembé d’Aboubacar qui, hébergé depuis janvier, porte le gilet jaune des bénévoles. A Saint-Sébastien, dans le quartier central d’Antiguo, c’est le gaztetxe (du basque maison des jeunes) Txantxarreka qui s’est fait espace d’accueil. Depuis août 2018, une dizaine de migrants y sont hébergés, pour la plupart originaires du Cameroun. Txantxarreka est devenu Txantxafrika à la fin de l’été, lorsqu’une chanson de protestation est née pour soutenir leur accueil. Le gaztetxe dispose d’une scène et d’une sono : les concerts continuent d’être programmés ; certains résidents s’en servent pour répéter, comme Luciano, qui y collabore avec d’autres musiciens de Saint-Sébastien. Dans ces deux lieux d’accueil, les pratiques musicales créent des formes de sociabilité imprévisibles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.