Le Ouibus de 12h45

Je me dirige vers le centre Pausa, à pied par le pont rouge. Il n’y a personne sur les quais. Arrivée devant le portillon, j’entrevois les poubelles de tri, le garage à vélo, un ballon de foot orange, un canapé renversé pour qu’il ne prenne pas l’eau… J’ai toujours cette appréhension : le lieu est-il tel que je l’ai quitté ?

Un homme vient m’ouvrir. Il porte le gilet jaune des gestionnaires du lieu.

Dans la pièce du pôle accueil, à droite après le hall d’entrée, une bénévole de l’association Diakité (1) est en train de reporter des dates depuis un calendrier, celui de son frigo me dit-elle, vers un ordinateur. Elle n’a pas internet chez elle. Je l’aide à enregistrer ses permanences : une fois par semaine en juin et juillet, de 7h30 à 8h45. Un téléphone sonne à côté de nous. Sur l’écran s’affiche « Philippe CAPB », pour Communauté d’Agglomération Pays Basque. Le téléphone appartient à une salariée d’Atherbea (2), qui nous rejoint dans la pièce. Elle n’arrivera donc jamais à aller déjeuner !

Il est 12h passées, mon bus est à 12h45. Je suis censée aider au pôle transport mais il n’y a aucun départ de prévu. Le pôle accueil est calme : un hébergé a besoin de Doliprane, un autre de dentifrice, un autre d’une nouvelle carte pour cocher ses repas. En attendant le bus, je discute avec celui qui est venu m’ouvrir et que j’appellerai Brass, de son alias de la Zulu Nation.

Brass est né à Madagascar et est arrivé en France métropolitaine à 8 ans. Il est dans le hip-hop depuis 1988. Il était beaucoup sur scène avant, à dire ses textes avec ses tripes, mais il est plus calme maintenant, enfin il essaie. Il anime des ateliers d’écriture, notamment avec l’Atabal à Biarritz (Scène de Musiques ACtuelles), et avec le SPIP (Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation) à Bayonne.

Une autre bénévole nous rejoint. Elle est venue à Bayonne pour faire un Master de droit. C’est à Bayonne que l’on trouve le seul M2 spécialisé en droits des mineurs, nous dit-elle. Elle a fini sa formation, est maintenant en stage, et repartira en Seine-et-Marne à la fin de l’été.

Dès que Brass entend du « bon hip-hop, pas de l’egotrip », son cerveau cherche des rimes, ça le « triture ».  Pour se calmer, il écoute de la musique de Madagascar.

Il est 12h40, presque l’heure de mon bus. Brass m’accompagne au portillon. Un monsieur se joint à nous : il tient dans la main un plan de Bayonne. L’agence touristique en Angleterre lui a assuré que le trajet Bayonne-Saint-Jean-Pied-de-Port serait simple. Nous lui disons que son bus partira sans doute de la Place des Basques, de l’autre côté de l’Adour, l’ancien terminal des Ouibus avant l’ouverture du centre Pausa.

13h15 passées. « Avec la pluie, autant attendre dedans plutôt que sous l’arbre ! », crie Brass depuis l’autre côté de la rue alors qu’il vient d’ouvrir le portillon à une bénévole. Je regagne Pausa pour m’abriter. Dans la cour, un jeune hébergé en gilet jaune se moque de moi : « Attends, je vais t’enregistrer ! ». Avec ma valise et mon kaway trop grand, je ressemble à une hébergée.

Dans la pièce du pôle accueil, la bénévole étudiante en droit discute avec un jeune qui vient d’arriver. Père mort très jeune, a travaillé dans la recherche d’or mais sans succès, a migré pour aider sa mère…Elle lui relit son histoire, il la corrige : « Kou-li-ko-ro, non, ce n’est pas une ville, c’est une région ! ». Une région du Mali.

Il n’y a pas d’autre Ouibus vers Bordeaux avant 18h30. Brass me raccompagne vers le portillon, encore une fois. Sous le porche de la cour, devant l’entrée du dortoir des femmes, Mohammed est en train de danser. Il a sorti la grande enceinte de Pausa. «Ça serait bien, un atelier de hip-hop à Pausa, remarque Brass, mais un atelier nourri de la culture hip-hop, pas de la récupération ».

  1. Le collectif Diakité s’est formé à l’automne 2018 à Bayonne. Il fait partie du collectif plus large Etorkinekin Solidarité-migrants créé en 2016, et qui regroupe 14 associations, des syndicats et des particuliers qui se mobilisent pour l’accueil des migrants. « Nous apportons notre aide aux personnes en situation migratoire. Bayonne est devenu une étape de ce parcours. Nous répondons à leurs besoins fondamentaux (repas chauds, espace de repos, vêtements, douche) le temps de leur escale sur Bayonne  » déclare publiquement le collectif (https://www.facebook.com/pg/collectifdiakite/about/?ref=page_internal).
  2. « L’Association Atherbea accueille des personnes en difficulté, sans logement, sans ressource et sans travail, seules ou avec leurs enfants, dans le but de favoriser leur réinsertion sociale » en Pays Basque (https://www.atherbea.fr/). L’association s’est vu confier la gestion du centre Pausa par la Communauté d’Agglomération Pays Basque. Six salariés s’y relaient en plus des dizaines de bénévoles du collectif Diakité.
Au premier plan, le modeste aménagement pour l’arrêt de bus, sorte de rampe en caoutchouc. Au second, le portail et le portillon d’entrée du centre Pausa, ancienne caserne désaffectée et transformée en centre d’hébergement d’urgence. En surplomb, l’entrée de la citadelle de Bayonne, où le 1er régiment de parachutistes d’infanterie de marine tient sa garnison.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.